Bilan de lecture du mois d’octobre 2015 – Sophie

12197220_1753181611579673_1616636208_o

Ciel gris, feuilles mortes et vent du Nord m’ont offert un magnifique cadre de lecture en ce mois d’octobre !
Neuf livres lus, aucune déception, mais trois beaux coups de cœur.
Un mois riche en découvertes que je vous fais partager juste ici.

Lire la suite

Publicités

Entre mes mains le bonheur se faufile d’Agnès Martin-Lugand

12084174_1743872419177259_558641290_n

L’avis de la Petite Plume :

Iris, trentenaire provinciale et passionnée de couture, apprend que ses parents l’ont privée de la chance d’intégrer l’école qui lui aurait permis de réaliser son rêve, la condamnant ainsi à exercer un métier dans lequel elle ne s’épanouit guère.
Elle décide de quitter son travail et aura la chance de participer à une formation de six mois se déroulant à Paris, laps de temps durant lequel elle se verra contrainte de vivre séparée de son mari toute la semaine.
Arrivée à Paris, elle fera la rencontre de Marthe, mécène charismatique de cette « école de couture » qui la prendra sous son aile afin de faire décoller sa carrière. Lire la suite

Rebecca de Daphné Du Maurier

rebecca_1940-2-1600x1171

L’avis de la Petite Plume :

Une jeune femme fraîchement mariée au veuf Max de Winter arrive dans sa nouvelle et somptueuse demeure, Manderley. Cependant, un sentiment de malaise s’installe immédiatement, la jeune mariée ne se sent pas chez elle et remarque bien vite qu’on lui cache quelque chose sur la belle Rebecca, défunte femme de Max de Winter, disparue en mer. Elle finira par découvrir le lourd secret qui hante Manderley. Lire la suite

Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote

breakfast-at-tiffanys

L’avis de la Petite Plume :

Holly Golightly, jeune femme magnifique, mène une vie frivole et confortable dans son appartement New-yorkais.
La beauté, la jeunesse, l’insouciance, tant d’éléments qui auraient pu suffire à son bonheur, mais la jeune femme, parfois prise d’une sorte de déprime qu’elle appelle « la boule » trouve réconfort devant la vitrine du célèbre joaillier Tiffany’s.
L’histoire nous dévoilera que ce luxe qu’elle aime tant et qui semble régenter sa vie cache un lourd passé et des aspirations plus profondes.

Lire la suite

Le Procès de Franz Kafka

804575

Cette réflexion a été faite à partir de l’œuvre Le Procès de l’édition folio classique, préface de Claude David.

L’isolement moral de Joseph K :

L’aspect qui a attiré mon attention dès le début du roman est l’atmosphère lourde et étouffante dans laquelle vit Joseph K.
En effet, on peut observer la récurrence des réflexions du narrateur sur la difficulté qu’éprouve le protagoniste à demeurer dans un endroit où « l’air est trop épais », « si lourd et oppressant », « à peine respirable ».
Mon hypothèse tient en ce que Joseph K. éprouve les effets de sa « condamnation », alors même que celle-ci ne sera jamais prononcée. Lire la suite