Bilan de lecture du mois de Novembre 2016

bilan-de-lecture

De nombreux coups de cœur pour ce mois de novembre 2016 avec de la littérature de guerre, des autobiographies, des essais littéraires et des récits historiques.  Lire la suite

Publicités

Le feu d’Henri Barbusse

en-1916-le-gouvernement-commande-au-peintre-henri-georges-jacques-chartier-cette-reprise-du-fort-de-douaumont-par-l-infanterie-francaise

L’avis de la Plume Baroque :

La lecture d’un monument de la littérature de guerre ne laisse jamais indemne. Après La peur de Gabriel Chevallier, j’ai une nouvelle fois souhaité me plonger dans l’horreur des tranchées de la Grande Guerre, la der des ders.
Henri Barbusse a remporté avec Le feu le prix Goncourt 1916, un récit autobiographique horrifiant, macabre, révoltant, un récit qui a dérangé de nombreux individus à sa sortie, une réaction toujours provoquée par des vérités qui dérangent. Lire la suite

Soie d’Alessandro Baricco

mont_fuji_46

L’avis de la Plume Baroque :

« Soie » retrace la vie du français Hervé Joncour. Sériciculteur de la ville de Lavilledieu par un hasard qui le détourna d’une carrière militaire à laquelle son père l’avait destiné, le jeune homme est désigné pour entreprendre un voyage au Japon afin d’acheter des œufs de vers à soie lorsque ceux provenant d’Europe sont atteints d’une étrange maladie et empêchent l’activité de prospérer.
L’histoire se déroule aux environs des années 1860 sur le chemin de la soie, entre la France et le Japon.

Lire la suite

Le cri du sablier de Chloé Delaume

crâne, fleur et sablier

L’avis de la Petite Plume :

Chloé Delaume retrace dans ce roman l’enfance d’une jeune fille en construction, amputée d’une enfance par un père violent et une mère qui attend d’elle qu’elle impressionne par son intelligence.
Alors que son calvaire semble prendre fin lorsque sa mère lui propose de fuir leur bourreau, c’était sans compter sur la barbarie de ce dernier qui tue alors sa femme avant de se suicider.
L’enfant est confiée à son oncle et à sa tante, qu’elle nomme « les hébergeurs », et qui, n’assumant pas l’éducation de cette jeune fille, à juste titre perturbée, préfèrent la confier à un psychiatre. Lire la suite