La grammaire est une chanson douce d’Erik Orsenna

la grammaire est une chanson douce image représentation

L’avis de la Plume Baroque :

Avec ce livre, je souhaitais découvrir la plume d’Erik Orsenna que je ne connaissais pas encore, malgré les nombreux échos entendus à son sujet. Ecrire un roman sur la grammaire, il fallait oser, l’académicien l’a fait de la plus belle des manières.

Ce livre nous conte l’histoire d’un frère et d’une sœur, de Thomas et de Jeanne, tout deux débarqués sur une île bien étrange à la suite d’une terrible tempête ayant fait couler leur bateau, une île où les mots obnubilent ses habitants.

Fraîchement secourus, ils font la rencontre de Monsieur Henri, habitant bienveillant qui va se charger de présenter cette île à ses nouveaux rescapés. Il va de la même manière tenter de leur redonner la parole car, depuis leur accident, nos deux jeunes protagonistes ont perdu l’usage de leur voix, les mots restant cantonnés au domaine de l’esprit, ne sachant plus comment extérioriser leurs pensées.

Monsieur Henri leur fait découvrir le marché des mots, des échoppes originales aux noms évocateurs : « L’ami des poètes et de la chanson » , « Au vocabulaire de l’amour » , « Dieudonné, appeleur diplômé des plantes et des poissons » ; des marchands de mots qui aident la population à exprimer leurs pensées, à assouvir le désir de tout nommer correctement.

Jeanne prend rapidement conscience de la chance qu’elle a de parcourir cet endroit : « Combien de mots employais-je avant la tempête ? Deux cents, trois cents, toujours les mêmes… Ici, faites-moi confiance, j’allais m’enrichir, je reviendrais avec un trésor ».

Monsieur Henri leur fait ainsi découvrir, par le biais de cette île décidément bien étrange le pouvoir formidable des lettres, des mots et des phrases. Le clou de la visite reste toutefois « l’usine la plus nécessaire du monde », celle qui permet de fabriquer des phrases, une rencontre amusante avec les verbes, « maniaques du labeur » ou encore avec la volière immense des noms. Jeanne va ici réapprendre à utiliser les mots, les juxtaposer, les lier, utiliser la grammaire afin d’exprimer une idée, d’enrichir son expression et de goûter au plaisir de l’écriture.

J’ai particulièrement apprécié ce livre, lu d’une seule traite. Assez court, il reste néanmoins écrit de façon intelligente par la délicate plume d’Orsenna. Jalonné de beaux dessins, j’ai été littéralement séduit par ce roman sur la grammaire qui nous démontre l’importance des mots, la beauté de la littérature et de la langue française. Opposant la richesse des mots aux déserts linguistiques, Orsenna se positionne en défenseur de notre langue et de ses nombreuses facettes. Il me tarde de découvrir d’autres œuvres de cet auteur !

« Les mots aiment le papier, comme nous le sable de la plage ou les draps du lit. Sitôt qu’ils touchent une page, ils s’apaisent, ils ronronnent, ils deviennent doux comme des agneaux, essaie, tu vas voir, il n’y a pas de plus beau spectacle qu’une suite de mots sur une feuille. »

couverture visuel la grammaire est une chanson douce d'Erik Orsenna - le livre de poche
Résumé de l’éditeur (Le Livre de Poche) :

« Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase bien connue, trop connue : Je t’aime.
Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps.
Il me sembla qu’elle nous souriait, la petite phrase.
Il me sembla qu’elle nous parlait :
– Je suis un peu fatiguée. Il paraît que j’ai trop travaillé. Il faut que je me repose.
– Allons, allons, Je t’aime, lui répondit Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide. Quelques jours de repos et tu seras sur pied.
Monsieur Henri était aussi bouleversé que moi.

Tout le monde dit et répète « Je t’aime ». Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s’usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver. »

Publicités

11 réflexions sur “La grammaire est une chanson douce d’Erik Orsenna

  1. Souvent vu en librairie ces derniers temps, j’avoue que le titre m’a laissé très perplexe! Finalement, il a l’air de sortir de l’ordinaire, ce qui ne peut pas faire de mal. Je me laisserais certainement tentée la prochaine fois 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s