Petit éloge des amoureux du silence de Jean-Michel Delacomptée

calme et volupté

L’avis de la Plume Baroque :

Comme le disait Julien Green, “Les livres sont ceci, ils propagent le silence.” Comme la plupart des lecteurs, je sais apprécier le silence à sa juste valeur. Dans la vie de tous les jours, je pense même être un  » amoureux du silence « . Cet éloge de J-M. Delacomptée avait donc tout pour me plaire. 

L’auteur, moult fois perturbé par les bruits, s’est intéressé à notre sens qui ne se repose jamais : l’ouïe. Il souligne le fait que le silence ait disparu de nos sociétés modernes où tout n’est que bruit incessant, les grandes villes étant l’apanage des nuisances sonores et de la foire aux décibels.

Le silence se mue en trésor qu’il n’est pas donné à tout le monde d’acquérir :  » on le rencontre aussi quand on s’assied dans une clairière et qu’environné d’arbres on prend le temps d’écouter les feuillages « .

L’auteur charge les  » bruyants « , ces individus qui n’ont parfois pas le choix, souvent n’ont pas conscience des faits et quelques fois font exprès d’infliger leurs bruits aux autres :  » Ils sont interchangeables, omnipotents, les bruyants, ces soudards qui nous exproprient, qui nous exilent de nous-mêmes « .

Il énonce une idée que je partage également, le fait que pour le commun des mortels, les individus idolâtrant le silence sont considérés comme des personnes aigries, des mécontents. Seules les personnes ayant subi d’importantes nuisances sonores peuvent comprendre la valeur du silence et le besoin que l’on ressent à le posséder et à pouvoir en profiter au gré de nos envies.

Le bruit est décrit comme nuisible à la réflexion, l’auteur prend pour nous le démontrer un passage des Pensées de Pascal :  » Ne vous étonnez pas s’il ne raisonne pas bien à présent ; une mouche bourdonne à ses oreilles ; c’en est assez pour le rendre incapable de bon conseil « .

Je ne peux que vous conseiller ce livre court, écrit d’une très belle manière par JM Delacomptée, véritable éloge du silence, qui, dans un monde où tout va à grande vitesse et où il nous est impossible de ne pas subir le dictat des autres sur notre vie, nous apprend à profiter des instants où notre cerveau n’est perturbé par aucun bruit, le silence complet, inaccessible et désirable.

Je terminerai par une citation du livre qui m’a beaucoup fait penser à un passage délectable des Mémoires d’Outre-tombe de Chateaubriand :  » Les intempéries sont mes garde-fous. Je me régale devant les averses, j’adule les tempêtes, le diluvien, les bourrasques, la grêle qui gicle sur les chaussées et les toits. Dès que l’orage éclate, je rêve de voir les gouttes inonder les rues […] On n’a pas plus à subir l’intrusion des bruyants, ils se cloîtrent chez eux « .

Petit éloge des amoureux du silence de Jean-Michel Delacomptée

Résumé de l’éditeur (Folio livres) :

« Car le silence agonise. Fin d’un monde. Silence bradé sans lésiner, trésor dilapidé. Je parle du vrai silence, du silence solidement établi, serein, sur lequel aucune menace ne pèse. De ce silence-là, de ce silence qu’on ne connaît plus sous nos climats, dont on a perdu l’admirable confiance, de ce paradis gaspillé, il reste des preuves dans des pays reculés, sans habitations ni routes, sur la banquise, dans les déserts, aux confins des steppes, où l’on n’entend que le vent. »

Publicités

Une réflexion sur “Petit éloge des amoureux du silence de Jean-Michel Delacomptée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s