Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll

12336348_1766377536926747_587361682_n

L’avis de la Plume Baroque :

Alice, jeune anglaise, s’ennuie de voir sa sœur lire un livre « sans images ». Elle aperçoit tout à coup un lapin blanc qu’elle s’empresse de suivre et qui la mènera au pays des merveilles.
Notre protagoniste voit alors sa réalité bouleversée, elle rencontre dans ce monde des créatures plus spectaculaires les unes que les autres jusqu’à se réveiller de ce voyage au pays des merveilles.

Ce célèbre conte de Lewis Carroll a connu de si nombreuses interprétations qu’il serait inutile de le présenter plus amplement.
Mais la lecture diffère toutefois de toutes les adaptations pour enfants qui en ont été faites.

Cette histoire a su séduire notre regard d’enfant avec le chat de Cheshire, le lapin blanc qui ne cesse de courir et nous a émerveillé avec son thé extravagant et son monde dans lequel les normes explosent et laisse libre cours à nos fantasmes.
Mais une relecture du conte en tant qu’adulte nous met face à une critique d’une société qui impose tant de codes d’éducation et d’instruction aux petites filles anglaises que leur propre réalité peut paraître indéchiffrable.
En quoi rencontrer des animaux qui parlent ou encore un chapelier fou serait-il plus absurde que de vivre dans un monde où tant d’apprentissages se contredisent ? Le pays des merveilles, irrationnel, est-il réellement plus fou que notre propre réalité ?

Franchir la porte du pays des merveilles, c’est accepter d’entrer dans un monde surréaliste et de se conformer à ses codes, c’est, comme le dit le chat à Alice, admettre sa folie. Mais si notre héroïne poursuit sa route au pays des merveilles, elle n’en garde pas moins sa rigidité et son éducation, caractéristiques des jeunes anglaises de l’époque victorienne, qui la conditionnent et l’amènent à moraliser tous les personnages qu’elle rencontre en tentant de leur imposer sa propre vision du juste et du réel.

L’alternance entre la petite et la grande taille d’Alice mettent en évidence la question fondamentale de la transition entre l’enfance et l’âge adulte.
La jeune fille se demande si elle restera toujours petite, si elle grandira un jour, elle est tiraillée entre deux mondes, deux âges, deux univers, représentés ici par la réalité et le pays des merveilles.
Le temps prend une importance capitale dans le conte de Lewis Carroll, anthropomorphisé, il se fâche et s’arrête, il prend vie dans le personnage du lapin blanc, se dérobe, témoignant de cette inquiétude pour l’enfant qu’est Alice, de l’évanescence de son état.

En définitive, je ne peux que vous conseiller de vous accrocher au lapin blanc et de vous laisser entraîner dans ce pays qui s’avère tout aussi merveilleux pour les adultes que pour les enfants.

Alice aux pays des merveilles de Lewis carroll - Folio livres

Résumé de l’éditeur (folio) :

Tandis qu’elle s’ennuie sur la berge d’un fleuve, Alice voit tout à coup passer un lapin blanc, ce qui n’a rien d’exceptionnel, mais, chose plus surprenante, elle le voit également tirer une montre de la poche de son gilet. Intriguée, la voilà qui se lance à sa poursuite. Le lapin disparaît dans un grand terrier : elle décide d’y descendre à son tour. C’est à la demande d’une vraie petite fille, justement prénommée Alice, que Charles Dodgson, professeur de mathématiques à Oxford, couche sur le papier l’histoire qu’il lui a racontée, en promenade, un jour de l’été 1862. Trois ans plus tard, sous le pseudonyme de Lewis Carroll, il la fait paraître et, encouragé par l’accueil de la presse, lui donne pour suite La Traversée du Miroir dont le succès, en 1871, est encore plus considérable. C’est que l’auteur sait prendre l’enfant au sérieux, et du coup toucher les adultes, comme il sait se dégager assez de l’Angleterre victorienne pour ouvrir à son livre l’avenir d’une oeuvre classique.

Publicités

4 réflexions sur “Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s