L’élégance du hérisson de Muriel Barbery

film l'élégance du hérisson

L’avis de la Plume Baroque : 

Muriel Barbery nous offre les récits de vie entremêlés de Paloma, jeune bourgeoise parisienne surdouée qui, bien décidée à ne pas passer sa vie d’adulte « dans un bocal à poissons », se suicidera le jour de ses 13 ans.
En parallèle, nous rencontrons Renée Michel, concierge de l’immeuble du 7, rue de Grenelle, femme au physique ingrat, dotée d’une intelligence et d’une culture telles que les normes sociales exigent qu’elles les cachent pour demeurer fidèle à sa caste.
Un jour, un nouveau locataire emménage dans l’immeuble parisien, monsieur Ozu, qui sans le savoir, bouleversera la vie des deux femmes.

L’élégance du hérisson est indubitablement mon coup de cœur du mois de Novembre.
Ce roman mêle avec une sincérité déconcertante deux récits de vie antagonistes mais à la trame similaire, réussissant à intégrer le lecteur au cheminement de la pensée des deux femmes.
La plume de Muriel Barbery, bien qu’éminemment littéraire, est imprégnée de concepts et de pensées philosophiques et méditatives, mais loin d’être élitiste, le roman nous permet au contraire de réfléchir au gré des mots de l’auteure en nous identifiant à ces personnages si réels, presque palpables.

Le roman donne une idée bien précise de ces castes que nous réprimons formellement et auxquelles nous nous opposons à l’unisson, mais qui pourtant subsistent et dans lesquelles nous nous rangeons bien aisément.
Ainsi Renée, dont la culture, l’intelligence et le savoir outrepassent le bon sens bourgeois des habitants du 7, rue de Grenelle, est contrainte, par sa condition sociale, de cacher ses nombreuses qualités pour entrer dans le moule de la parfaite concierge d’immeuble.

Les deux protagonistes ont en commun une quête, la quête de sens, la quête du beau spirituel, la quête d’un intérêt à la vie avant de sombrer dans l’éternité.
Muriel Barbery allie parfaitement la profusion de sa belle plume rendant hommage à notre noble langue française, à une histoire profonde, sans fioritures, aussi drôle qu’émouvante.

En définitive, je ne peux que conseiller cette œuvre qui a été pour moi une véritable révélation, l’un de ces précieux trésors de la littérature française contemporaine qui mérite d’être hissée au rang de chef-d’œuvre.

l'élégance du hérisson de  Muriel Barbery - éditions Gallimard
Résumé de l’éditeur (Gallimard) :

«Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.
Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai.»

Publicités

15 réflexions sur “L’élégance du hérisson de Muriel Barbery

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s