Inferno de Dan Brown

Ville de Florence (Firenze)

L’avis de Plume Baroque :

À une période où j’avais quelque peu perdu le goût pour la lecture, c’est Da Vinci Code de Dan Brown qui m’avait réconcilié avec les livres. J’éprouve depuis ce jour un sentiment particulier à l’égard de cet auteur qui m’a finalement permis de reprendre goût à ma passion.

J’ai entendu de nombreuses critiques à l’égard de Dan Brown. Un style simple, une mécanique déjà bien usée et une recherche du suspens à toute épreuve. Je suis assez d’accord avec tous ces éléments mais Dan Brown, c’est un peu plus que cela.

Les thématiques abordées sont souvent très pertinentes et un soin tout particulier est apporté par l’auteur à la recherche documentaire nous facilitant l’immersion dans des univers différents et bien travaillés. Autant vous dire qu’Inferno m’a passionné à différents égards.

Après Le symbole perdu, un peu décevant, j’ai été ravi d’apprendre que l’intrigue du dernier Dan Brown se situait à Florence, ville ô combien magnifique que j’avais eu l’occasion de visiter quelques mois auparavant. J’ai pris de ce fait encore plus de plaisir à suivre notre ami Robert Langdon à travers des lieux connus et merveilleux comme le jardin de Boboli, le Palazzo Vecchio ou encore la sublime cathédrale de Florence. Notre cher professeur de symbologie n’a pas perdu de sa vivacité et l’intrigue principale d’Inferno s’est avérée pour moi délicieuse.

Dan Brown utilise la Divine comédie de Dante et le décor florentin pour nous parler de la théorie de Malthus. Si le malthusianisme, à savoir la diminution de la natalité afin de sauvegarder l’avenir de la planète et ses ressources, peut choquer certains, cela soulève tout de même des interrogations vitales dans un monde où la croissance démographique explose et où les ressources naturelles s’amenuisent inexorablement. Robert Langdon va devoir, dans Inferno, déjouer les mystères de l’Enfer de Dante afin de désamorcer les actes maléfiques d’un malthusien convaincu et déterminé. Une course folle à travers la belle Florence au rythme accélérée, permettant une lecture sans coupure.

Ce n’est pas vraiment une surprise pour moi qui apprécie Dan Brown d’avoir été passionné de bout en bout par Inferno. J’aime la Divine comédie, j’aime Florence et la théorie de Malthus et le sort de notre planète face à son plus grand ennemi, l’Homme, m’intéressent tout particulièrement. Ce livre était donc fait pour moi mais je suis persuadé qu’il pourra plaire à de nombreuses personnes. Si vous aviez aimé Da Vinci Code ou Anges et Démons, nul doute qu’Inferno vous emportera également aux côtés de l’intrépide professeur de symbologie et vous plongera aux confins de l’Enfer de l’illustre Dante.

Inferno de Dan Brown (édition JC Lattès)

Résumé de l’éditeur (JC Lattès) :

Dans ses best-sellers internationaux, Da Vinci Code, Anges et Démons et Le Symbole perdu, Dan Brown mêle avec brio l’histoire, l’art, les codes et les symboles. En retrouvant ses thèmes favoris, Dan Brown a certainement construit l’un de ses romans les plus stupéfiants, au cœur des grands enjeux de notre époque.
C’est l’une des plus grandioses œuvres de la littérature italienne,L’Enfer de Dante, qui est le fil conducteur de cette nouvelle aventure. En Italie, plongé dans une atmosphère aussi opaque que mystérieuse, le héros de Dan Brown, Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard va devoir affronter un adversaire diabolique sorti des limbes de l’Enfer et déchiffrer l’énigme la plus complexe de sa carrière. Elle le fait plonger dans un monde où l’art et la science de pointe tissent un écheveau qui exige de sa part toute son érudition et son courage pour le démêler. S’inspirant du poème épique de Dante, Langdon se lance dans une course contre la montre pour trouver des réponses et découvrir en traversant les Cercles de l’Enfer ceux qui détiennent la vérité… avant que le monde ne soit irrévocablement changé.

Si les balades aux Enfers vous plaisent, en voici une autre plutôt originale : Kimiko aux Enfers de Thierry Gagnon.

Advertisements

14 réflexions sur “Inferno de Dan Brown

      1. Terrible parce que c’est vrai qu’il y a trop de tu sais quoi sur la planète. (Je ne veux pas spoiler). Je n’arrêtais pas de me dire que le « méchant » de l’histoire n’avait pas tort. Que le but n’est peut-être pas si bête… Si l’on prend en compte la planète, juste la planète… Après, la manière de faire, c’est autre chose mais j’ai trouvé que ce roman soulevait pas mal de questions. Enfin, je ne sais pas si je m’exprime bien ce soir. Cette lecture est un peu loin mais mon ressenti principal a été celui-ci : c’est affreux mais c’est pas si dingue. Et c’était terrible de se dire ça.

        Aimé par 1 personne

      2. c’était un peu mon point de vue également. L’idée prônée est la bonne parce que c’est une réalité mais dans tous les cas, les moyens ne seront jamais bons (même si, SPOILER, la technique utilisée aurait pu être bien pire, là ca reste soft en matière de « destruction »).

        Aimé par 1 personne

  1. Je suis moi aussi une grande fan de Dan Brown et j’ai littéralement adoré Inferno. C’est vrai que connaitre les lieux que visite le professeur Langdon est un vrai plus même s’il a le don pour les voir sous un angle très particulier ^^

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s