Clochemerle de Gabriel Chevallier

Clochemerle

L’avis de Thierry Gagnon, blogueur invité et auteur :

Publié en 1934, Clochemerle est une savoureuse comédie humaine sur fond de vignes et de vessies.

La vie paisible d’Entre-deux-guerres de Clochemerle, un petit village de vignerons au cœur de la région du Beaujolais, est profondément bouleversée par l’érection d’un urinoir sur la place publique, directement en face de l’église. Ce geste de défiance d’un maire ambitieux provoquera un éclaboussement d’événements cocasses et parfois tragiques qui mettront à nu les magouilles et les préjugés des gens à travers les différentes strates de la société.

Ce roman satirique et rabelaisien est un délice de lecture comique que je situerais à mi-chemin entre les excès lubriques de San-Antonio et les contes pastoraux de Marcel Pagnol et Alphonse Daudet. Gabriel Chevalier a réussi à concocter un petit bijou d’humour critique où, à travers un riche et noble langage, il décrit l’humanité avec tendresse dans toute sa merveilleuse imperfection. Passion, ambition, corruption ainsi qu’arrogance, ignorance et violence s’y côtoient dans un mélange explosif et burlesque. En plus des guerres idéologiques entre politiciens, membres du clergé, bourgeois et aristocrates, l’auteur y dénonce l’aigreur d’une vertu mal placée qui poussent certains à sécréter le poison de la jalousie envers ceux pour qui consommer la bonne chère se fait aussi simplement que fréquemment.

Le scandale de Clochemerle aura des répercussions qui se feront sentir jusqu’aux plus hauts échelons politiques de la France, et même à l’échelle mondiale. Ceci traduit bien aussi une autre préoccupation de l’auteur qui s’efforce de présenter comment toute action, aussi anodine ou mesquine qu’elle soit, peut provoquer une longe suite de conséquences, parfois ridicules, parfois funestes.

En définitive, je recommande chaudement ce roman qui fait partie de mes coups de cœur. Voilà un chouette classique français qui vieillit bien, comme le bon vin de Clochemerle!

À propos de Clochemerle :

  • L’histoire des habitants de Clochemerle se poursuit aussi dans Clochemerle-Babylone (1951) et Clochemerle-les-Bains (1963).
  • L’œuvre serait inspirée de la commune française de Vaux-en-Beaujolais.
  • Clochemerle a été adapté pour le cinéma en 1947 par Pierre Chenal avec un scénario Gabriel Chevallier et, plus récemment, pour la télévision en 2003.

clochemerle de gabriel chevalier

Résumé de l’éditeur (Le Livre de Poche) :

Tout a commencé quand Barthélemy Piéchut, maire de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoila à Ernest Tafardel, l’instituteur, son projet : – Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. – Un urinoir ? s’écria l’instituteur, tout saisi, tant la chose aussitôt lui parut d’importance. Le maire se méprit sur le sens de l’exclamation : – Enfin, dit-il, une pissotière ! Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre Mme la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu’à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, sera édifiée tout près de l’église où Justine Putet, aride demoiselle, exerce une surveillance étroite… Dès sa publication en 1934, Clochemerle, chronique rabelaisienne, a connu un énorme succès qui ne s’est jamais démenti. C’est maintenant un classique de la littérature comique.

Thierry Gagnon est auteur de La Boue ainsi que Kimiko aux Enfers, qui a fait l’objet d’une chronique ici même.

Pour en savoir plus sur Thierry Gagnon : http://thierrygagnon.com/

Advertisements

2 réflexions sur “Clochemerle de Gabriel Chevallier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s