Lolita de Vladimir Nabokov

Lolita Kubrick

L’avis de la Petite Plume :

Humbert-Humbert, jeune professeur de littérature européen, arrive aux Etats-Unis et s’installe dans la pension de Charlotte Haze.
Nympholepte, il tombe sous le charme de Dolores, la fille de sa pensionnaire dès sa rencontre avec celle-ci.
Dévoré par sa passion pour Lolita, il épousera Charlotte et deviendra dès la mort de celle-ci, le tuteur de sa nymphette.
S’ensuivent un périple d’un an dans le Middle West puis une vie commune destructrice pour les protagonistes.

Voilà un moment que je souhaitais parler de Lolita, véritable chef-d’œuvre de Nabokov que j’ai découvert il y a quelques mois et dont je ne suis pas ressortie indemne.
Ce roman, amoral ou immoral, traitant de pédophilie et d’inceste est toutefois loin d’en faire l’apologie. Nabokov outrepasse les frontières de la morale et nous offre, paradoxalement, une œuvre d’une rare pureté sentimentale.

Les protagonistes, tout d’abord, sont loin de convenir aux stéréotypes que le lecteur s’attend à les voir incarner ; Lolita, adolescente, définie par H-H comme une « nymphette », jeune femme à la sexualité précoce, se montre entreprenante avec celui qu’elle fascine.
Les rôles semblent en quelque sorte inversés, Lolita jouant avec ce nouveau père sans se rendre compte des conséquences de ses actes, Humbert accordant à ses gestes une confiance presque religieuse, aveuglé par l’ardeur de son amour ambivalent.
De ce fait, l’homme devient au gré des mots de Nabokov la victime de son amour et du jeu de la nymphette qui semble tirer les ficelles de cette liaison dangereuse.
Le lecteur en vient à oublier les règles sociales et à se prendre de compassion pour Humbert grâce au mécanisme littéraire infaillible de l’auteur.
Ce roman est une autobiographie fictive, écrite du point de vue d’Humbert, ce qui participe sans doute à l’inclination du lecteur pour le beau-père de Lolita.

Loin d’une perversité sexuelle malsaine, l’amour ardent dont a été frappé Humbert de plein fouet à la vue de sa jeune nymphe mêle aussi bien attirance physique que sentiments profonds, m’amenant à dire qu’en dépit des considérations objectives et des mœurs sociales, la passion de notre protagoniste est aussi pure qu’authentique.
Ce roman pose selon moi les bases de l’universalité de l’amour dont le héros, tiraillé, démuni, dévoré, fera les frais.

Je me fais un devoir de réserver les dernières lignes de cette chronique au style d’écriture poétique, magnifique et transcendant de Nabokov qui m’a laissé sans voix et sans mot.
Les quelques 500 pages de ce roman rendent un hommage aux belles lettres et expriment à elles seules le pouvoir de la magie des mots.

En définitive, je ne peux que conseiller ce joyau de la littérature, unique, particulier, marginal mais étincelant de pureté et de grâce dans son écriture.

Lolita

Le résumé de l’éditeur (Folio) :

«Ainsi donc, aucun de nous deux n’est en vie au moment où le lecteur ouvre ce livre. Mais tant que le sang continue de battre dans cette main qui tient la plume, tu appartiens autant que moi à la bienheureuse matière, et je puis encore t’interpeller d’ici jusqu’en Alaska. Sois fidèle à ton Dick. Ne laisse aucun autre type te toucher. N’adresse pas la parole aux inconnus. J’espère que tu aimeras ton bébé. J’espère que ce sera un garçon. J’espère que ton mari d’opérette te traitera toujours bien, parce que autrement mon spectre viendra s’en prendre à lui, comme une fumée noire, comme un colosse dément, pour le déchiqueter jusqu’au moindre nerf. Et ne prends pas C.Q. en pitié. Il fallait choisir entre lui et H.H., et il était indispensable que H.H. survive au moins quelques mois de plus pour te faire vivre à jamais dans l’esprit des générations futures. Je pense aux aurochs et aux anges, au secret des pigments immuables, aux sonnets prophétiques, au refuge de l’art. Telle est la seule immortalité que toi et moi puissions partager, ma Lolita.»

Publicités

15 réflexions sur “Lolita de Vladimir Nabokov

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s