Charly 9 de Jean Teulé

m071404_0001415_p

L’avis de la Petite Plume :

De Jean Teulé, je n’avais lu que « Le magasin des suicides », souvenir d’une lecture plaisante présentant une histoire assez originale qui ne m’avait toutefois pas transcendé.
Passionné par l’Histoire de France, j’avais plusieurs fois lorgné sur ce titre : « Charly 9 » sans jamais franchir le pas. Était-ce une biographie ? Un roman historique ? Difficile de se faire une idée précise à partir du résumé de l’éditeur.

Nous sommes pourtant bel et bien en face d’un roman historique qui reprend ici comme contexte la tristement célèbre Saint-Barthélemy et son massacre ordonné par le roi, Charles IX. Un monarque peu connu qui n’aura laissé à la postérité que des morts issus d’une vaine lutte religieuse opposant les catholiques à leurs frères protestants.

L’auteur débute son roman par la plus longue scène du livre : l’instant fatidique où le roi, conseillé par ses proches dont sa mère, Catherine de Médicis et son frère, le futur Henri III, décide de saisir l’opportunité du mariage de sa sœur et d’Henri de Navarre (Futur Henri IV) à Paris pour organiser un massacre « vertueux » des protestants au nom de la Sainte Église.

Les faits meurtriers ne sont pas décrits par l’auteur, si ce n’est quelques séquences avérées présentant une Seine gorgée de corps et de sang comme fosse commune réservée à ceux n’arborant pas la même vision de la religion : « Le ciel fume alors de sang et d’âmes ».

Le récit s’attarde par contre sur le remord subi de plein fouet par Charles IX, ici appelé communément Charly 9, remord qui plonge le roi dans une sombre folie.
Être le responsable de ce flot de sang le rend violent envers les animaux mais également envers les hommes, ses paroles sont régulièrement ponctuées de blasphèmes démontrant le rejet de cet acte et des raisons qui l’ont poussé à l’autoriser. Inquiet du sort que la postérité réservera à son règne, Charles IX subit une torture mentale qui le pousse à prendre des décisions farfelues comme celle de faire frapper sa propre monnaie afin de mener à la déchéance financière de son pays ou celle de chasser le cerf à cheval à l’intérieur du Louvre.

Jean Teulé a également utilisé ce contexte pour insérer des personnages forts connus et contemporains du monarque, à l’image d’Ambroise Paré, de Ronsard ou du futur Henri IV. Si cela s’avère assez plaisant à la lecture, j’ai regretté quelques facilités dans l’écriture à propos de l’odeur du futur roi, trop souvent rappelée, donnant un air niais à celui-ci.

Pour conclure, Charly 9 est un livre relativement court au style simple, tranchant avec les admirables envolées lyriques de Jean Teulé. La façon de penser ce livre et son écriture auraient, d’après moi, davantage convenu à une pièce de théâtre.
Si la lecture de cette œuvre n’est pas désagréable, j’ai toutefois été déçu par le traitement réalisé, l’impression que l’on ne fait que survoler une histoire et des personnages alors que le sujet reste en lui-même très pertinent.

url3

Résumé de l’éditeur (éditions Pocket) :

Charles IX fut de tous nos rois de France l’un des plus calamiteux.
A 22 ans, pour faire plaisir à sa mère, il ordonna le massacre de la Saint-Barthélemy, qui épouvanta toute l’Europe entière. Abasourdi par l’énormité de son crime, il sombra dans la folie. Courant le lapin et le cerf dans les salles du Louvre, fabriquant de la fausse monnaie pour remplir les caisses désespérément vides du royaume, il accumula les initiatives désastreuses. Transpirant le sang par tous les pores de son pauvre corps décharné, Charles IX mourut à 23 ans, haï de tous.
Pourtant, il avait un bon fond.

Publicités

16 réflexions sur “Charly 9 de Jean Teulé

  1. J’adore Jean Teulé. J’aime son style. Je suis aussi une passionnée d’Histoire (j’ai lu les Rois Maudits)…mais je n’ai pas encore lu celui-là !!!Pfff un trou dans la raquette lol. En tout cas,avec ta chronique, je me dis qu’il faut vite que je le lise ;-).

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai lu que Le magasin des suicides de l’auteur, qui bien que drôle ne m’a pas non plus transcendé. Ma maman à beaucoup aimé Le Montespan, et je pense que je vais me pencher sur celui-ci. Ayant rencontré l’auteur, qui est d’ailleurs assez farfelu, nous donnant son savoir de façon très spontanée et naturelle, j’ai envie de me familiariser plus avec son œuvre =)

    Aimé par 1 personne

      1. Boh, c rait juste pour donner des noms aux niveaux de difficulté. Mais vu que c est pas clair je vais modifier ça.
        Grosso modo, tu peux t inscrire au niveau 1 (duc) et tu t engages a lire 1 livre traitant de chaque période, si tu te sens de faire le deux (Prince) c est s engager a lire deux livres par période et le 3 (roi), 3 livres.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s