Croc-Blanc de Jack London

loup

L’avis de la Petite Plume :

C’est non sans mal que j’écris cette critique, cela pour la simple et bonne raison que Jack London, un de mes auteurs préférés, a considérablement impacté ma vie, ma façon de penser et ma passion pour la lecture. Jack London est un mythe et Croc-Blanc un de ses chefs d’œuvre.

Ma passion pour la lecture s’étant révélée assez tard, je n’ai pas eu le loisir de découvrir l’univers de Jack London plus jeune. Je pense pourtant que certaines de ses œuvres sont de formidables moments de lecture à proposer à des adolescents. Loin de là l’idée de catégoriser cet auteur comme « écrivain jeunesse » mais ses livres disposent d’une double lecture et c’est pourquoi Croc-Blanc peut parfaitement convenir à une jeune personne comme à un individu plus âgé.

Croc-Blanc c’est l’histoire d’un jeune louveteau, issu d’un père lui-même loup et d’une mère chien-loup. Le récit nous décrit tout d’abord l’environnement et la rencontre de ses parents, sa naissance, la découverte maladroite de son monde et l’apprentissage du comportement légué par ses ancêtres. Ce livre, d’un point de vue zoologique et éthologique, s’avère très pertinent dans la présentation de Croc-Blanc et de son évolution. La scène durant laquelle il découvre pour la première fois l’extérieur, lui qui a vécu à l’étroit dans une grotte ses premières semaines, est une petite merveille qui nous place dans la tête d’un jeune louveteau lancé à la conquête de son environnement.

Cependant, la liberté de sa condition ne va pas durer et la suite du roman nous permet de suivre Croc-Blanc, nom donné par les hommes, en état de servitude. S’abandonnant à suivre les êtres humains, il en oublie sa condition d’animal sauvage et le bonheur de parcourir le monde en toute liberté. En grandissant, sa personnalité est modifiée au gré de ses différents maîtres et il est triste de voir à quoi en est réduit Croc-Blanc, victime du comportement et de l’influence des hommes, appelés ici des « dieux » par le loup qui les perçoit comme supérieurs et capables d’infliger de lourdes sanctions.

Impossible pour lui de se séparer des dieux mais il reste tout de même sauvage comparé à ses « semblables », les chiens. Les interactions entre les différentes espèces sont particulièrement intéressantes et l’évolution de Croc-Blanc tout au long du récit est une mine d’or pour apprenti éthologue tant le comportement social du loup est ici développé et présenté dans des environnements changeants composés de chiens, parfois faibles, parfois coriaces, d’hommes violents ou bienveillants qui vont influencer d’une manière ou d’une autre la façon de se comporter du personnage principal.

Je ne souhaite pas en dire plus sur l’histoire de ce livre qui est à découvrir sans plus attendre. Cet œuvre décrit merveilleusement la vie dans le Grand Nord, la survie par temps de famine, la loi de la nature et du plus fort et l’influence du milieu sur un être vivant. Le style d’écriture est agréable et soutenu tout en étant facile d’accès au plus grand nombre même s’il est préférable de choisir une édition adaptée pour le proposer aux plus jeunes.

Un véritable chef d’œuvre que l’on peut compléter par l’Appel de la forêt du même auteur, qui s’attarde sur la situation inverse : un chien domestique attiré par la nature, par la vie et la liberté.

Pour terminer, je me contenterai de reprendre un passage de la préface écrite par Paul-Emile Victor qui se suffit à lui-même pour nous attirer vers cet œuvre : « Qui que vous soyez, quel que soit votre âge, vous qui allez plonger dans la lecture de Croc-Blanc, sachez que vous n’en sortirez pas le même. Vous allez vivre avec lui une des plus magnifiques aventures humaines. A travers Croc-Blanc, c’est l’homme, c’est-à-dire vous, que vous trouverez. Cette lecture sera peut-être déterminante pour vous. Vous vous sentirez, à travers Croc-Blanc, l’âme d’un aventurier. Un vrai… »

9782253001492_1_75
Résumé de l’éditeur (éditions Le Livre de Poche) :

« Tout n’est pas liberté dans le monde », et quand ce monde est wild, pays farouche et terre glacée, même le loup se sent prisonnier.
Jack London, dans ce décor sauvage et cette nature hostile, nous conte l’histoire d’un louveteau qui vient petit à petit à la civilisation et se fait chien.
La vie âpre des animaux sauvages et des chasseurs indiens ou blancs de l’Alaska a rarement été peinte avec autant de force et de vérité. Pour écrire ce récit, qui est devenu un classique de la littérature, Jack London s’est inspiré des souvenirs de son séjour dans le Grand Nord.

Publicités

10 réflexions sur “Croc-Blanc de Jack London

  1. J’ai lu ce livre pendant mon adolescence, je l’ai relu à l’âge adulte et effectivement, ces deux lectures étaient magnifiques… c’est un livre qui peut convenir à tous et c’est aussi ça la beauté de cette oeuvre intemporelle. En plus le style d’écriture est à la fois beau et abordable.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu ce livre il y a trèèèèèèèèès longtemps 😛 (j’étais adomescente). Je l’avais adoré. Suivre les aventures de Croc-Blanc avait été pour moi un merveilleux moment de lecture. je n’ai jamais osé le relire de peur de perdre ce sentiment qui me reste encore aujourd’hui lorsque je vois la couverture du bouquin que j’ai lu.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s