Bilan de lecture du mois de Juillet 2015 – Sophie

11798035_121419111534190_549998473_n

Je suis heureuse de vous faire part de mon premier bilan riche en découvertes, certaines plus plaisantes que d’autres parmi les treize romans que j’ai eu l’occasion de lire en ce mois de Juillet.
Des coups de cœur, des déceptions, je vous explique tout cela plus en détails.

Mes coups de cœur :

  • Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë : un classique dont je ne me lasserai sans doute jamais, une magnifique histoire d’amour dans un environnement aussi sauvage que le protagoniste du roman.
  • Rebecca de Daphné Du Maurier : un grand coup de cœur pour ce polar dans un style typique du roman anglais que j’affectionne particulièrement, un livre haletant de la première à la dernière ligne.
  • La joie de vivre d’Emile Zola : une histoire simple qui évoque des thèmes essentiels tels que la peur de la mort, l’argent, la maladie, en somme la fuite du temps et le cours de la vie.
    Bien que ce ne soit pas mon préféré de l’auteur, il se place dans mes coups de cœur car le génie de Zola m’émerveille toujours.
  • Le liseur de Bernhard Schlink : une très belle histoire rapportée par un narrateur attachant, le dévouement d’un adolescent devenu un homme pour une femme qui cache un important secret.

Les livres que j’ai appréciés mais que je ne relirai pas :

  • Le Montespan de Jean Teulé : un roman que j’ai hésité à placer dans mes coups de cœur, mais bien que ce livre ait été une belle surprise autant pour le style d’écriture de l’auteur que pour l’histoire du cocu le plus célèbre de France, il restera pour moi comme une très belle pièce de théâtre dont la représentation nous fait rire, pleurer, qui nous éblouit, mais dont on préfère garder le souvenir de la découverte.
  • Enfance de Nathalie Sarraute : un très beau livre dont j’ai apprécié la narration, l’auteur se dédoublant afin de se faire part de certaines questions ou réflexions sur son enfance et de pouvoir y répondre avec le recul nécessaire.
    J’ai toutefois eu un coup de cœur pour le style d’écriture que j’ai trouvé simple mais magnifique.
    Je ne le relirai pas car l’histoire étant éminemment personnelle à l’auteur, une deuxième lecture ne me permettrait sans doute pas de redécouvrir l’œuvre sous un nouvel angle.
  • La part de l’autre d’Eric-Emmanuel Schmitt : un livre difficile mais nécessaire sur la vie d’Hitler et celle imaginée de son double uchronique accepté aux Beaux-Arts de Vienne.
    J’ai apprécié la réflexion que ce livre m’a fait mener sur moi-même et sur l’Homme plus généralement, mais le thème du roman ne me permettrait pas d’apprécier une relecture.
  • Les 1001 vies de Billy Milligan de Daniel Keyes : un roman qui m’a tenu en haleine durant quelques jours.
    J’ai beaucoup apprécié la découverte de la vie de l’homme aux vingt-quatre personnalités pour son aspect psychologique, mais la description primant sur le style d’écriture, une deuxième lecture ne me permettrait pas d’apprécier ce livre de la même façon que lors de la découverte de l’histoire.

Mes déceptions :

  • Le Joueur d’échecs de Stefan Zweig : cette nouvelle n’est pas une véritable déception car j’ai aimé la réflexion qui y a été menée.
    Elle m’a toutefois laissée sur ma faim, ayant été déconcertée par la disproportion de certains passages de moindre importance par rapport à d’autres éléments qui auraient mérité plus d’amplitude selon moi.
  • La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne : petite déception pour ce classique de la littérature américaine mettant en scène une jeune femme, contrainte de porter un « A » écarlate sur sa poitrine pour avoir commis l’adultère.
    Bien qu’ayant apprécié la critique du puritanisme hypocrite menée par l’auteur, ainsi que son style d’écriture classique, j’ai été déçue par la tournure trop mystique et religieuse que prennent les événements.
  • Entre mes mains le bonheur se faufile d’Agnès Martin-Lugand : une histoire aux débuts prometteurs mais qui m’a rapidement lassée, les clichés y sont trop présents et le style simpliste. (Critique à venir)
  • Tropismes de Nathalie Sarraute : je ne m’attendais pas à un coup de cœur pour ce « Nouveau roman », genre qui me déplaît généralement, mais j’ai voulu tester celui-ci, attirée par la démarche de l’auteur de décrire certains comportement humains provoqués par des stimuli extérieurs.
    Malgré ma lecture active, je n’ai pas adhéré à cette œuvre trop abstraite au style simple, l’absence d’intrigue ayant eu raison de mon intérêt pour ce roman.

En attendant le bilan du mois prochain, je vous souhaite à tous de belles découvertes et de beaux voyages littéraires.

Publicités

17 réflexions sur “Bilan de lecture du mois de Juillet 2015 – Sophie

  1. Bonjour !

    Jolies lectures ! J’aime beaucoup. Rebecca, on me l’a fortement conseillé, donc il faut que je le note pour mes prochains achats. Sinon « La part de l’autre » n’est pas mon préféré d’Eric Emmanuel Schmitt, j’ai adoré « L’évangile selon Pilate ». Et si tu aimes l’écriture de Jean Teulé, je te conseille mon coup de cœur de cette année : La promesse de Jean-Guy Soumy, magnifiquement écrit et l’histoire est époustouflante !

    A bientôt !

    Aimé par 1 personne

  2. Par contre, j’ai encore une impression de malaise rien qu’à l’évocation du Montespan lu il y a pourtant bien longtemps. Peut être un jour parviendrez vous à me faire apprécier l’écriture de Jean Teulé ?

    Aimé par 1 personne

    1. C’est l’histoire du livre qui t’a déçue ?
      Rebecca est mon coup de cœur du mois, j’ai aimé le style d’écriture, l’atmosphère, les personnages, l’histoire, bref, une belle découverte !
      Ma critique sera mise en ligne cette semaine 🙂

      J'aime

  3. J’ai étudié cette année en théâtre Sarraute, à la FAC, j’ai lu Le silence, pièce très courte, qui révèle pas mal de choses sur les non dits et la gêne du silence, jamais exprimé, que l’auteur pousse jusqu’à son paroxysme. Je ne sais pas si je me replongerais dans un autre livre de l’auteur mais pourquoi pas, cela ne m’a pas déplus, mais je suis tout de même restée un peu extérieur à son système bien qu’intéressant.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai trouvé la démarche de « Tropismes » intéressante au point de vue sociologique, mais le style ne m’a pas fait adhérer au roman. Par contre, enfance est écrit dans un tout autre style, plus littéraire !
      Je lirai la pièce de théâtre « Le silence », que je ne connaissais pas !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s