Les Hauts de Hurle-Vent d’Emily Brontë

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’avis de la Petite Plume :

Hurlevent menait une existence tranquille jusqu’à ce que Monsieur Earnshaw amène de son voyage à Liverpool un jeune bohémien : Heathcliff, sombre enfant qui ne parviendra pas à se faire une place dans la famille, trouvant en son nouveau frère Hindley un ennemi.
La petite Catherine acceptera pourtant ce nouveau frère qu’elle aimera profondément. Mais les Earnshaw grandissent et si la haine d’Hindley subsiste, les sentiments fusionnels et enfantins de Catherine et d’Heathcliff évolueront.
La mort de Monsieur Earnshaw bouleversera encore une fois la vie à Hurlevent, Hindley régnant à présent en maître absolu sur le domaine, au plus grand désarroi d’Heathcliff qui se verra réduit à l’esclavage.
Mais c’est lorsqu’il apprendra que Catherine s’apprête à épouser Edgar Linton que le jeune homme décidera de quitter les Hauts, laissant cette dernière le chercher en vain des heures durant.
Le bohémien reviendra trois ans plus tard, transformée, pour le plus grand plaisir de Catherine qui espère que la bonne entente régnera désormais entre son mari et celui qu’elle n’a jamais pu oublier. Mais c’est sans compter sur le vif désir de vengeance d’Heathcliff qui souhaite anéantir jusqu’aux descendants des deux hommes qui ont empêché son bonheur.

Le roman s’ouvre sur l’arrivée de Monsieur Lockwood à Hurle-vent, locataire de Thrushcross Grange, ce dernier découvre l’antipathique et froid propriétaire des domaines qui n’est autre qu’Heathcliff. Comment l’enfant maudit est-il parvenu à posséder les biens de ses ennemis ?
C’est Nelly, gouvernante à qui Lockwood léguera la narration qui nous l’apprendra.

Ce roman noir ayant pour fond de toile les landes sauvages du Yorkshire met en scène le désir ardent de vengeance d’Heathcliff.
Si Catherine ne subsistera pas longtemps après le retour de ce dernier, son fantôme ne quittera jamais les Hauts ni même son sinistre propriétaire, nous offrant sans doute l’une des plus belles histoires d’amour de la littérature dans un cadre sombre et effrayant.
La disparition de la jeune femme ne fera qu’accroître le sadisme du jeune bohémien, n’ayant plus part au bonheur, il fera en sorte d’anéantir celui des Earnshaw-Linton pour arriver à ses fins.
Dès lors, il sera détesté de tous, laissant à Catherine seule le privilège de l’avoir jamais aimé.

La mort et la violence sont omniprésents dans le roman, mais il n’en demeure pas moins l’un des plus beaux romans d’amour, marquant l’unité de Catherine et du bourreau des Hauts, qui ne saura se défaire de son souvenir.
Il semble impossible de s’attacher au personnage d’Heathcliff, sauvage qui ne possède plus une once d’humanité, allant jusqu’à pervertir tous ceux qui ont le malheur de croiser son chemin, mais son dévouement pour celle qui était au départ sa sœur outrepasse jusqu’aux frontières de la mort, ce qui fait la magnificence de l’œuvre d’Emily Brontë.

La plume de l’auteure mêlant sauvagerie des paysages et force dévastatrice du protagoniste a parfaitement su retranscrire cette atmosphère unique, comme si le vent des Hauts soufflait de plus en plus fort au fil des pages.

Ce roman frôle pour moi la perfection et reste un incontournable chef-d’œuvre.

11822689_120093918333376_8133273315275842871_n

Résumé de l’éditeur (éditions Le Livre de Poche) :

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste. Ce roman anglais, le plus célèbre du XIXe siècle à nos jours, a été écrit par une jeune fille qui vivait avec ses sœurs au milieu des landes de bruyère. Elle ne connut jamais cette passion violente ni cette haine destructrice. Elle imagina tout, même le fantôme de la femme aimée revenant tourmenter l’orgueilleux qui l’a tuée.

Publicités

20 réflexions sur “Les Hauts de Hurle-Vent d’Emily Brontë

  1. Bonjour ! J’ai découvert ce blog par FB :-). J’ai tenté de lire ce classique car il me semblait incontournable. J’ai été déçue, je n’ai pas réussi à le lire. Trop glauque, trop triste, trop déprimant à mon goût. Impossible de m’attacher aux personnages que j’ai finis par trouver antipathiques au possible.

    Aimé par 1 personne

    1. Je te souhaite la bienvenue sur le blog 🙂
      Je suis d’accord avec toi, les personnages sont antipathiques, je ne me suis attachée qu’au pauvre Hareton, mais paradoxalement, je trouve le livre splendide autant par son univers que par la subsistance de cet amour dans un environnement si destructeur.

      J'aime

      1. Merci :-). L’univers et le rapport entre les personnages, c’est ce qui en général a plu aux lecteurs que je connais et qui ont aimé. Ce qui me « rassure », c’est que j’ai échangé avec d’autres personnes qui n’ont pas aimé pour les mêmes raisons que moi, je me sens donc moins extra-terrestre lol.

        Aimé par 1 personne

  2. Super chronique 🙂 ! C’est un roman juste incroyable, une ambiance unique, des personnages charismatiques et un style incomparable. Heathcliff, malgré sa noirceur est un personnage torturé et en quête de sens, il nous permet de mener une réflexion sur toute cette étrange famille. A lire 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Tout d’abord, j’aime beaucoup ton blog ( enfin, votre blog comme vous êtes deux. ) Je trouve les livres chroniqués très intéressants et qui sortent beaucoup des livres que l’ont trouvent chez beaucoup de blogs littéraires.
    Les Hauts de Hurle-Vent est dans ma PAL, je suis bien pressée de le lire, surtout après avoir lu ton avis qui donne très envie de parcourir le roman ! Je me demande à quel point ce livre peut être  » triste et sombre  » comme beaucoup de lecteurs ont pu dire, mais ce qui apparement fait la beauté de ce classique.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Naomi !
      L’atmosphère est sombre et c’est ce qui fait, selon moi, la beauté du roman, qui n’en reste pas moins un beau roman d’amour ! Je te laisserai le soin de découvrir tous les trésors qu’il cache, n’hésite pas à me donner tes impressions après l’avoir lu 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Pas de quoi voyons !
        J’espère que je resterais pas bloqué sur le fait que ce soit un roman d’amour, comme j’ai beaucoup de mal avec ça. Peut-être que je me réconcilierais avec ce genre grâce à ce roman ! Je ne sais pas si je vais le lire de sitôt, comme j’ai tout un tas de livres à lire, mais je partagerais en tout cas mon avis dessus. ^^

        Aimé par 1 personne

  4. Ce roman est un véritable chef d’oeuvre ! J’aime son atmosphère sombre avec des personnages si bien travaillés, à l’opposé des héros que l’on a coutume de rencontrer. Ils sont antipathiques, cyniques mais tellement attirants.. Dès la première page le lecteur est transporté dans le temps, dans ce lieu so British.. quel régal !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s